L’agence russe de météorologie Rosguidromet a reconnu ce lundi qu’une concentration très élevée de ruthénium-106 avait été détectée fin septembre dans plusieurs régions de Russie, confirmant ainsi les rapports de plusieurs réseaux européens de surveillance de la radioactivité. Ce nuage radioactif a ensuite touché plusieurs pays européens, dont la France.

Nuage radioactif France Russie Catoune

Enfumage collectif

Le 10 novembre, on apprenait qu’un produit radioactif avait été détecté en France – et dans l’atmosphère d’une majorité des pays européens – entre fin septembre et la mi-octobre. Selon l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), cela résultait sans doute d’un accident nucléaire survenu en Russie, voire au Kazakhstan. «  Le radio-isotope Ru-106 a été détecté par les stations d’observation d’Arguaïach et de Novogorny  » entre le 25 septembre et le 1er octobre, précise Rosguidromet.

Selon la même source, le taux le plus élevé a été enregistré dans la station d’Arguaïach, un village proche de Tcheliabinsk, dans le sud de l’Oural, où «  une concentration extrêmement élevée  » de ruthénium-106 «  excédant de 986 fois  » les concentrations enregistrées le mois précédent a été détectée. Rosguidromet ne donne pas d’indication sur la source potentielle de la pollution mais Arguaïach est située à 30 kilomètres du complexe nucléaire Maïak, touché par un des pires accidents nucléaires de l’histoire en 1957.


Catoune

Dessinatrice de Presse

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :